La phyto-aromathérapie




On ignore souvent la surprenante efficacité des huiles essentielles. Elles peuvent être autant, et parfois plus efficaces que certains antibiotiques ou antiviraux classiques, et les milieux hospitaliers les plus ouverts y ont recours pour endiguer certaines épidémies (maladies nosocomiales, par exemple) ou pour lutter contre des bactéries multi-résistantes*. En fait, elles se distinguent particulièrement contre les infections bactériennes ou virales (du simple rhume ou sinusite même chronique, aux maladies tropicales), la dermatologie (eczéma, herpès, psoriasis, molluscum, etc) ainsi que les troubles nerveux comme l'anxiété, la dépression ou l'insomnie. Des recherches médicales ont prouvé leurs effets sur les tumeurs cancéreuses et l'espérance de vie des patients**, et on ne compte plus celles qui ont démontré leur efficacité à réguler tous les systèmes du corps, comme l'immunité, le rythme cardiaque, les cycles féminins (et la ménopause), la circulation sanguine et la tension artérielle ou la digestion.

Un de leurs grands avantages, contrairement aux molécules synthétiques, est la rareté des effets secondaires indésirables aux doses physiologiques et parfois, aussi, une impressionnante rapidité d'action (je rappelle que certaines huiles essentielles doivent être utilisées avec la plus grande précaution et j'insiste sur le besoin de connaissances approfondies nécessaires pour les conseiller, l'automédication pouvant se révéler dangereuse). Une seule goutte d'une huile essentielle sous la langue peut calmer une tachycardie ou une crise de panique en une minute, alors que trois jours de traitement intensif suffisent la plupart du temps à venir à bout d'une infection mineure.

Née en France d'un accident de laboratoire qui démontra ses effets sur les brûlures, l'aromathérapie n'a cessé de se développer depuis au travers des recherches de messieurs Valnet, Franchomme, Pénoël, Baudoux, Faucon et bien d'autres. Tous ont observé, mesuré et comparé les effets de ces molécules qui en font une ressource des plus efficaces.

Source : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=essential%20oils
* Scott Franzblau, Birgit Jaki, Baojie Wan, Marcelle Hon, Yuehong Wang and Guido Pauli. Essential Oils for Drugresistant Tuberculosis (XDR-TB).
** Anne-Marie Giraud-Robert, Essential Oils: Effect on Median Survival Rates in Cancer (Pub.: Pacific Institute of Aromatherapy. San Rafael, CA 94903)



NOTA BENE : Le magnétisme et le conseil en phyto-aromathérapie ne se substituent pas à la médecine conventionnelle. En aucun cas un praticien de ces modalités ne recommandera l'arrêt d'un traitement médical ou ne se substituera à un diagnosticien dûment qualifié. En constatant un problème de santé, et dans l'absence d'un diagnostic médical, il suggèrera toujours à la personne de consulter immédiatement son médecin traitant.